lundi 30 juin 2014

Congrès de l'ABF 2014 : compte-rendu (troisième partie)

POLYVALENCE ET SPECIALISATION

Modératrice : Anna Marcuzzi, vice-présidente du groupe ABF Alsace
Intervenantes :
Héloïse Courty, directrice de la médiathèque l'Echo du Kremlin Bicêtre
Ingrid Bon, bibliothécaire consultant pour la jeunesse et la promotion de la lecture, Arnhem, Pays-Bas
Françoise Truffert, commission métiers, ADBU

Table ronde très intéressante animée avec dynamisme par Anna Marcuzzi.

Pour commencer, Ingrid BON, venue spécialement des Pays-Bas, nous a présenté (en anglais) son organisation.


Les bibliothécaires jeunesse adoptent une devise : Le bon livre au bon enfant au bon moment.
Le public veut être surpris, c'est pourquoi les bibliothèques utilisent des techniques du monde de la librairie (livres en facing,...). Chaque ville organise sa bibliothèque avec ses propres règles mais le concept est similaire dans tous les Pays-Bas. Au niveau national, on retrouve donc la même signalétique, les sites web sont présentés de la même façon, etc.

https://tenaanval.files.wordpress.com/2009/11/dsc00416.jpg


Quant au personnel, un maximum de services et de fonctions sont automatisés de façon à ce que les usagers soient les plus autonomes possible. Au niveau des compétences, le back-office est spécialisé tandis que le front-office est généraliste.
Et les non-bibliothécaires doivent (accepter de) se former. 
Sinon : go out, dehors, buiten ! (et là, tout l'auditoire a frémi...).


Pour ceux qui lisent un peu le néerlandais, allez faire un tour sur le site de la bibliothèque d'Arnhem.


Françoise TRUFFERT a ensuite fait un état des lieux des formations et de ses impacts sur le métier.
Madame Truffert travaille pour l'Association des Directeurs et personnels de direction des Bibliothèques Universitaires et de la Documentation (pour aller vite, l'ADBU) et plus particulièrement à la commission Evolution des métiers et des compétences.

Elle nous a présenté une synthèse des résultats d'une enquête réalisée en 2013. C'est ainsi qu'on a pu voir que les formations organisées en externe étaient majoritaires, que les personnels de catégorie A en sont largement bénéficiaire, bien que les catégories C soient également représentées.
Lorsque la formation est organisée en interne, les catégories de personnel sont bénéficiaires de manière plus égale. Tandis que les journées d'études sont presque exclusivement destinées au personnel de catégorie 1.

Retrouvez les résultats de l'enquête 

Elle a également attiré notre attention sur le fait que les recruteurs utilisent des référentiels. 
Par exemple, la base de données REFERENS (REFérentiel des Emplois-types de la Recherche et de l'ENseignement Supérieur)propose des fiches emplois types. 
Dans la branche d'activité professionnelle qui concerne les métiers de l'information (BAP F), il y a 17 fiches-métiers rien que pour les bibliothécaires.

Vous pouvez consulter la cartographie de ces métiers ICI. En cliquant sur chaque fiche-métier, vous accédez à une description du métier, aux compétences requises ainsi qu'à la formation nécessaire.

Ensuite, c'est la dynamique Héloïse COURTY, directrice à la médiathèque du Kremlin Bicêtre, qui nous a fait part de leur expérience en organisation de travail et en gestion des ressources humaines.


Cette médiathèque, inaugurée fin 2012,  est située dans un environnement urbain saturé.

Elle a fait le pari d'offrir aux usagers 39 heures d'ouverture par semaine.
Et ceci (tenez-vous bien) avec 18 agents !




Pour cela, une grande partie des tâches est sous-traitée (par exemple, un système d'offices auprès des libraires) et plusieurs services sont automatisés. 

Le temps de travail est réparti comme suit :
40% consacrés au service public
30% à l'accueil des collectivités et à l'action culturelle
30% au travail interne

Pour ce faire, un calibrage a été nécessaire.  Ainsi, les fiches de postes sont les mêmes pour tout le monde. Elles sont fonctionnelles et pas personnelles. Notons que c'était une demande du personnel. Les effets sur le travail sont un décloisonnement, une montée en compétences et un appropriation du sens pas tous (les actions résonnent entre elles).

Par ailleurs, la médiathèque est entrée dans une démarche de certification ISO 9001 qui a pour but d'assurer une qualité constante d'accueil. 
Trois mots-clefs sous-tendent cette certification : simplification, réactivité, équité. Cela responsabilise tous les membres de l'équipe. 

Il y a donc des compétences communes et des compétences spécifiques.
Dans cette médiathèque, on estime que les professionnels sont d'abord au service d'un territoire (le Kremlin-Bicêtre) et ensuite au service de la médiathèque l'Echo. Pour cela, les compétences communes sont nécessaires (actions collectives, démarche certification, prêt, conseil, réponses au public,...). C'est au sein des pôles (littérature, petite enfance,...) et des projets que les compétences spécifiques s'expriment.

Les compétences communes étant toujours nourries par des compétences spécifiques. Les spécialisations éventuelles étant toujours développées dans une dynamique de transmission. 
C'est le CERCLE VERTUEUX DE LA POLYVALENCE qui permet à toute l'équipe d'oeuvrer à des objectifs communs.

 
Le Kremlin-Bicêtre, jeudi 19 décembre. La médiathèque l'Écho a reçu le grand prix Livres hebdo de l'innovation pour sa démarche en faveur du lien social.

Ce type d'organisation du travail est une réaction à la tendance qui fondait la valeur du travail sur les compétences qui sont acquises (les techniques).
Aujourd'hui, il y a un changement des valeurs du travail. L'idée n'est pas d'apporter de la technique mais de donner du contenu pour que les équipes trouvent leur centre de gravité. 

Vous pouvez retrouver l'intervention d'Heloïse Courty
sous forme de présentation Prezi

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire